Google Chrome et son AdBlock intégré : comment s’enrichir en paralysant la concurrence ?

Publié par Audrey, le 27 avril, dans "Sur le feu"

La firme de Mountain View envisage d’implémenter un AdBlocker directement dans Google Chrome selon The Wall Street Journal. En lisant la nouvelle, vous pourriez penser « mais pourquoi se tirer une balle dans le pied ?! ». N’ayez crainte, une telle initiative pourrait s’avérer être très lucrative pour Google.

 

LES FAITS 

un adblocker SÉLECTIF pour lutter contre les publicités trop intrusives

Google qui bloque la publicité alors qu’il possède la régie publicitaire la plus influente au monde, c’est un peu l’antithèse de l’année, je vous l’accorde. C’est un peu comme si McDonald’s se mettait à vendre des livres de conseils diététiques !

Certes, Google n’a toujours pas confirmé cette annonce, mais il semblerait que Chrome, premier navigateur en France activerait son AdBlock par défaut. Un bloqueur de publicités oui, mais tous les formats publicitaires ne sont pas concernés. Seuls les plus dérangeants seront sanctionnés. On parle notamment des interstitiels et autres pop-up, les vidéos sonores qui se lancent automatiquement, les publicités qui envahissent la totalité de votre écran ou qui s’ouvrent dans une nouvelle fenêtre.
Les campagnes publicitaires qui respectent les critères identifiés par le navigateur seront quant à elles diffusées.

 

adblock google chrome

Une offensive pour améliorer la navigation des internautes

Alors que 83% des internautes français avouent être « irrités » par la publicité en ligne (sondage réalisé par l’institut CSA – 2016), cette initiative pourrait être la bienvenue du côté des internautes. Les utilisateurs sont usés de scroller indéfiniment une page pour passer une publicité ou de devoir fermer moultes fenêtres qui s’ouvrent avant même que le site visité soit chargé. Ça tombe bien, Google a bien compris votre agacement et son AdBlock sera présent sur desktop et sur mobile.

Il est vrai que Google milite pour un web plus épuré au travers de l’association Coalition for Better Ads, qui travaille depuis octobre 2016 sur la définition de nouveaux standards publicitaires moins intrusifs.

Mais l’interrogation porte essentiellement sur les motivations de Google. Certes, le géant du web a compris depuis le début que le respect de l’utilisateur était une condition de son développement. Ainsi, Google n’a pas hésité récemment à pénaliser les sites affichant des interstitiels. Mais ces évolutions ont surtout à chaque fois des intérêts financiers. On se souvient par exemple de la mise à jour Panda qui a dégradé la visibilité SEO des comparateurs de prix en 2011 (qui ont depuis complètement disparu des pages de résultats des moteurs) quelques mois avant la sortie de Google Shopping… 

 

LES IMPACTS

concurrencer les adblockers en pleine effervescence 

Le nombre d’acteurs évoluant sur le marché des AdBlockers ne cesse de croître et pour cause, cette activité s’avère plus rentable qu’on ne le pense. Le géant du marché, Adblock Plus a rapidement compris que protéger les internautes contre la publicité envahissante est plutôt payant (littéralement).

En revanche, les AdBlockers sont de véritables freins pour les régies publicitaires. YouTube perdrait rien qu’en France environ 12 700 000 € par an selon une étude AdBack ! Google a d’ailleurs versé plusieurs dizaines de millions de dollars à Adblock Plus pour figurer sur sa liste blanche et s’affranchir des bloqueurs de publicité.

En proposant son propre bloqueur sur Chrome, le roi de la publicité espère limiter le nombre de téléchargements de solutions concurrentes. Les internautes sont enclins à accepter les publicités tant que ces dernières ne sont pas trop gênantes. Si le navigateur le plus utilisé en France respecte ce critère cher aux yeux des utilisateurs, ceux-ci n’auront plus besoin de passer par un organisme tiers afin de filtrer les messages publicitaires. 

limiter la visibilité des concurrents

Si Chrome estime qu’un annonceur ou qu’une régie publicitaire concurrente utilise des pratiques agressives, le navigateur se réserve le droit de bloquer ses publicités. Une petite voix nous dit que la régie publicitaire de Google, AdSense respectera à la lettre les critères de son confrère !

Un parfait moyen de contrôler et de limiter la visibilité de la concurrence. D’autant plus que si Chrome devient un navigateur plus sain, le nombre d’utilisateurs devrait sans doute augmenter pour tourner le dos à Safari, Mozilla & Co.

Au-delà de confirmer sa place de leader auprès des annonceurs qui privilégieront certainement AdSense pour s’assurer la diffusion de leurs publicités, Google pourra profiter de cette initiative pour augmenter le nombre de téléchargements de son navigateur.

Cet AdBlocker devrait être intégré à Chrome dans quelques semaines, reste donc à voir si Google utilisera cet outil pour bloquer les publicités de ses grands rivaux Facebook et Amazon.

 

Au final, on peut admirer une nouvelle fois le talent de Google pour communiquer sur une initiative officiellement focalisée sur l’intérêt des utilisateurs mais officieusement lucrative. Cette annonce révèle également les risques liés à la situation dominante de Google sur la publicité et les principaux services digitaux (navigateurs, systèmes d’exploitation, messagerie…). Une position qui lui permet de contrôler toute la chaîne de valeur et d’avoir le droit de vie ou de mort sur ses concurrents.

 

Enregistrer